Chauffe-eau solaire

Retour aux conseils

Le vent, l'eau, le soleil : toutes ces ressources renouvelables peuvent être utilisées par l'homme pour produire de l’énergie sans la moindre incidence sur l'environnement. Nous savons aujourd'hui qu'elles représentent une alternative aux énergies fossiles. C'est le cas de l'énergie solaire, appelée aussi énergie solaire thermique : elle est disponible indéfiniment, ne produit pas de gaz à effet de serre, et est totalement gratuite.

Si, depuis quelques années, les panneaux solaires se font de plus en plus présents dans nos foyers, avez-vous déjà entendu parler des chauffe-eau solaires ? Ces derniers, encore relativement méconnus, ont pourtant de multiples atouts qui devraient certainement vous séduire.

Vous souhaitez connaître les caractéristiques des chauffe-eau solaires : comment fonctionnent-ils, les différents modèles ainsi que leur prix ? HomeServe vous explique tout ce que vous devez savoir sur ces appareils qui révolutionnent le chauffage au quotidien.

Comment ça marche ?

L’objectif de cette technologie est de transformer le rayonnement du soleil en énergie thermique capable de chauffer l'eau sanitaire de la maison.

Principe de fonctionnement

Le chauffe-eau solaire fonctionne comme les panneaux solaires, à ceci près qu'ici l'énergie récupérée par les capteurs des  panneaux est restituée directement au ballon d'eau chaude via un fluide caloporteur. Le ballon est ensuite en mesure de conserver la chaleur et s'avère très performant puisqu'il parvient à couvrir au minimum 50% des besoins en eau chaude sanitaire de la maison.

Constitution du chauffe-eau solaire

Le chauffe-eau solaire est constitué de plusieurs éléments. Selon le type de chauffe-eau, ils ne seront pas toujours présents :

  • un ballon
  • des panneaux munis de capteurs
  • le liquide caloporteur
  • un échangeur : il transporte le fluide chaud et le fluide froid sans les mélanger
  • un régulateur : il vérifie la température
  • un circulateur solaire : il agit comme une pompe qui garantit la bonne circulation du fluide caloporteur

Certains disposent également d'un dispositif de substitution, qui remplace le chauffe-eau solaire au cas où celui-ci ne produirait pas suffisamment d'énergie, par manque d'ensoleillement par exemple.

L'installation

Si vous êtes déjà propriétaire, il faudra avant toute chose effectuer une déclaration de travaux auprès de votre mairie. S'il s'agit d'une maison neuve, l'installation du chauffe-eau doit être mentionnée sur le permis de construire.

Dans un second temps, il faudra déterminer l'emplacement des éléments de l'installation. Concernant le ballon (dans le cas d'un chauffe-eau solaire à éléments séparés), l'idéal est qu'il soit placé dans un espace chauffé ou isolé pour qu'il refroidisse moins vite, et à proximité des capteurs afin de réduire les pertes thermiques, ainsi que le coût d’installation du circuit primaire.

Concernant les capteurs solaires, veillez à privilégier une orientation plein sud, pour profiter du meilleur ensoleillement. A cet effet, il faudra de préférence les installer sur un toit, en façade, ou même au sol.

3 grands types de chauffe-eau solaires

Il existe trois types de chauffe-eau solaires qui se déclinent aussi bien de manière individuelle (CESI : Chauffe-eau solaire individuel) que collective (CSC : Chauffe-eau solaire collectif).

Le chauffe-eau solaire monobloc

Comme son nom l'indique, il s'agit d'une seule et même structure qui contient tous les éléments du chauffage : autrement dit, le ballon et les panneaux ne peuvent être dissociés. Ce type de chauffage est relativement simple à installer et peu coûteux mais il ne fonctionne que dans des zones bien ensoleillées et nécessite d’avoir un système de production d’eau chaude d'appoint. En effet, il doit être placé à l'extérieur, ce qui occasionne des pertes thermiques en hiver.

Le chauffe-eau solaire à thermosiphon

Contrairement au chauffe-eau monobloc, les éléments du chauffe-eau thermosiphon sont séparés, mais à proximité. Ce type de chauffe-eau est très performant et peu coûteux. Le terme "thermosiphon" signifie que le ballon est placé au-dessus des capteurs, partant du principe que la chaleur remonte naturellement vers le haut. Cela signifie qu'il ne nécessite pas de pompe. Il fonctionne très bien quel que soit l'ensoleillement et a très peu de risque de tomber en panne.

Le chauffe-eau solaire à circulation forcée

C'est l'installation la plus chère, car le ballon peut être placé n'importe où dans la maison (dans une cave par exemple). Le système est donc plus complexe : il faut prévoir une pompe (le circulateur solaire) ainsi qu'un régulateur. Mais c'est aussi le chauffe-eau qui permet le plus de libertés en termes d'installation.

N'hésitez pas à faire appel à un professionnel qui vous aidera à choisir le chauffe-eau le plus adapté à votre logement.

Pour quel budget ?

L'énergie solaire est totalement gratuite. Cependant, l'achat du chauffe-eau ne l'est pas ! Les frais engendrés par cette source d’énergie comprennent d'une part, l'achat du matériel et d'autre part, l'installation. Comptez entre 4000€ et 6000€ TTC (pose incluse) pour un ballon d'eau de 200 à 300 litres (environ 3 à 4 personnes) avec un prix moyen situé autour de 5500€. Il s'agit donc d'un investissement à moyen et long terme, rapidement amorti si on prend en  considération que les factures d'eau chaude diminuent ensuite au moins de moitié. De plus, il existe plusieurs aides, comme le crédit d'impôt, qui améliorent l'accessibilité à cette installation.

Le crédit d'impôt

Comme de nombreuses installations énergétiques durables, le chauffe-eau solaire donne droit au crédit d'impôt. Pour en bénéficier, il faut tout d'abord s'assurer que les capteurs soient bien certifiés selon les dispositions fiscales en vigueur. Autre condition sine qua non : le logement équipé d'un chauffe-eau solaire doit être votre résidence principale, peu importe que vous soyez locataire ou propriétaire. Depuis le 1er janvier 2014, la somme versée par le crédit d'impôt correspond à 30% des dépenses nettes (hors subventions et main d'œuvre).

D'autres primes peuvent également être octroyées, notamment, en fonction des régions, des « chèques énergie renouvelable ». Si par ailleurs, vous être propriétaire d'un logement depuis plus de 15 ans, vous pouvez avoir droit à une aide de l’ANAH (Agence Nationale pour l'Amélioration de l'Habitat).  N'hésitez pas à vous renseigner !

 

Voilà encore une preuve que les solutions ne manquent pas pour préserver l'environnement !

Retour aux conseils
Ces sujets peuvent également vous intéresser :
  • Chauffe-eau
    Chauffe-eau thermodynamique : tout ce qu’il faut savoir

    Le chauffe-eau thermodynamique est économe par rapport aux systèmes classiques ? HomeServe vous explique son fonctionnement et ses avantages.

  • Chauffe-eau
    Choisir son chauffe-eau

    Pour bien choisir son chauffe-eau parmi tous les modèles disponibles, il faut commencer par estimer vos besoins.

  • Chaudière
    Choisir sa chaudière

    Chaudière fioul, gaz, GPL, ou à bois ? HomeServe vous guide pour choisir votre chaudière, en fonction de votre logement et de votre budget